Sarria - Palas de Rei

Nous prenons le chemin à 6 h 30 après avoir pris le petit dèj au bar/restaurant de la veille.

Le refuge n'est pas le meilleur que nous ayons eu, une cuisine mais pas d'ustensiles! au fil de notre parcours, nous verrons que pratiquement tous sont ainsi, depuis Sarria. Est-ce le fait que nous approchons de Santiago? est-ce pour faire du commerce dans cette région? toujours est-il que nous sommes obligées d'aller manger au restaurant pratiquement tous les soirs.

Il fait à peine jour ce vendredi 10 juin, le ciel est bas, la pluie n'a pas cessé de tomber  de la nuit. Nous traversons des villages très pauvres, des chemins boueux. Françoise tombe en traversant une rivière, nous sommes encapuchonnées, alors la visibilité est réduite et nous voyons mal en marchant dans cette gadoue et pierres. La Galice doit être belle lorsqu'il fait soleil mais pour nous, c'est brume, pluie,  ciel gris. Nous espérons une accalmie pour les jours qui sont à venir.  

Chemins et routes nous font arriver à Portomarin, ancienne ville engloutie par un barrage.  Je connais une pension à l'entrèe de la ville chez Manuel, pension que nous avons connu en 2008 lors de mon passage en vélo. Il y a de la place et les hospitaliers sont toujours aussi charmants, ici nous pouvons cuisiner, laver son linge et le faire sêcher pour nous, c'est important vu le temps qu'il fait dehors.

 Le lac artificiel de Belesar, sur le fleuve Minho, engloutit sous ses eaux l'ancienne cité de Portomarín. Ses monuments principaux furent  sauvés pierre par pierre : l'église romane de San Pedro et l'impressionnante église forteresse de San Nicolás. Ainsi que des palais médiévaux.  Etape de 22kms 500.

Nous avons passé les 100 derniers km peu avant Portomarin. Les pèlerins sont de plus en plus nombreux sur le parcours. Beaucoup de jeunes, dos vides de toutes charges et préssant le pas pour arriver les premiers dans les albergues.

La légende n'est pas fausse, pour les Espagnols ayant fait les 100 derniers kms à pied ou les 200 derniers kms en vélo ont leur compostella. Paraît -il que pour le CV, il est important d'avoir fait ce parcours et d'obtenir ce certificat. Oui mais pour nous qui sommes chargées comme des mulets, c'est décourageant de les voir gravir  facilement les montées. peu importe, nous continuons avec bonne humeur car il ne nous reste plus beaucoup de chemin à parcourir avant  St -Jacques- de- Compostelle.

Samedi 12 juin, nous prenons le chemin à 6 h, pas de pluie et nous sommes bien contentes. Nous prenons la direction de Palas de Rei. Nous traversons Portomarin   pour prendre ensuite un chemin en prenant une passerelle au dessus de la retenue de Belesar. Nous sommes en forêt  de chêneraies et  une belle  montée. Nous jouons souvent  à cache cache avec la route C 535. Nous traversons souvent des villages en fin de vie, pas de pluie pour cette journée. 

Nous arrivons à Palas vers 13 h 30.  Nous optons pour  le refuge municipal. Surprise, pas d'eau chaude, les portes des wc  et douches ne ferment pas à clé, et bien sûr une cuisine sans gamelles.

En face de l'albergue se trouve un bar/restaurant le San Miguel  pas mal, nous prenons le menu pélerin. 

Etape de 25km 500.