Le chemin de Madrid, 2015

Madrid- Tres -  Cantos

Le chemin de Madrid est une variante qui rejoint le camino Frances à  Sahagun. L'histoire  de ce chemin est assez long mais curieusement n'est pas beaucoup fréquenté par les pèlerins. Le parcours est d'une grande beauté, il traverse  des belles contrées beaucoup de villes et de  petits villages. Son parcours n'est pas long.  14  jours suffisent pour venir  à bout des 330 kms de chemins avec très peu de bitume.

Nous quittons l'hôtel Layola ce vendredi  28 août, après avoir pris le petit dèj dans la chambre, il est 6h30. Nous  prenons la porte Del Sol, traversons la ville  par une agréable  avenue puis prenons les faubourgs sur plus de 15 km.   Le temps s'annonce ensoleillé, arrivés aux 2 tours jumelles,  nous nous arrêtons dans une cafétéria pour prendre un café letché. Nous passons entre les 2 tours, un peu plus loin nous trouvons les premières flèches jaunes qui vont nous guider tout au long du camino de Madrid. Nous arrivons sur une large piste sableuse et empierrée qui s'appelle Camino de la Canada. Le parcours est agréable bien que nous marchons entre la voie ferrée, l'autoroute, tunnels que nous empruntons, pistes larges. Midi arrive et nous décidons de nous arrêter prés d'un élevage de chevaux. Le soleil est de plus en plus fort malgré la fin de l'été. Il fait  35 degrés.

Madrid, cliquer  sur la 1ere phorto et faire défiler

La cathédrale de Madrid
La cathédrale de Madrid

Nous avons chaud, pas de sentiers ombragés. 

L'après midi nous sommes dans des plantations d'amandiers, de chênes. Le parcours n'est pas plat, plusieurs vallons  s'annoncent au fil du chemin.  Nous arrivons sur la  ville de Tres Cantos par un petit chemin qui longe la voie ferrée et l'autoroute. Le guide nous indique  une passerelle qui enjambe l'autoroute que nous prenons pour nous diriger sur la ville, il y en a plusieurs, nous en prenons une qui finalement n'est pas la bonne. Après 1 km, nous arrivons en centre ville, une personne nous demande si nous allons à Santiago, ok il nous prend en charge et nous conduit à l'église qui malheureusement est fermée, je lui demande où se trouve l'hôtel Tres Cantos, gentiment   il nous y conduit. Après quelques explications l'hôtelier nous attribue une petite chambre avec salle d'eau pour le prix de 25€.

 Etape de 23 kms


De Madrid à Tres Cantos

Tres Cantos-Manzanares

La nuit n'a pas été calme dans cet hôtel, il faut savoir que les Espagnols vivent la nuit. Nous nous levons à 5h, une salle de restauration nous permet de prendre notre petit dèj, il 6h 30 lorsque nous prenons le parcours  en sens inverse  pour retrouver  la piste cyclable  laissée la veille. Après 2 km de marche nous trouvons la passerelle que nous aurions du prendre et qui nous aurait amené au refuge de la ville. Nous trouvons un passage pierreux qui en même temps suit l'autoroute. La journée s'annonce chaude, le sentier  monte et descend, la région est vallonnée, on nous annonce des arroyos à franchir mais l'eau n'est pas présente,  nous sommes incapable de savoir où se trouvent ces ruisseaux, si nous les franchissons ou pas. Arrive la ville de Colmenar Viejo,  40 000 habitants. La basilique est ouverte nous sommes samedi 29 août, il y a un office religieux qui nous empêche de visiter l'édifice. Nous repartons après avoir pris notre café du matin, nous quittons la ville tout en visitant les lieux les ruelles les places les parcs. La journée passe entre pistes sableuses rocailleuses, des montées des descentes, le début d'après midi est très chaud, nous sommes obligés de nous arrêter toutes les heures, l'eau est chaude dans les gourdes, les fontaines que nous trouvons sont asséchées, le paysage est entièrement jaune et sec. De temps en temps des troupeaux broutent le peu d'herbe que la nature peut  donner. 

 En nous retournant, nous apercevons encore les tours de Madrid, nous sommes à plus de  45 km du  départ du chemin. Malgré cette chaleur nous apprécions la beauté que ce parcours nous donne.

Nous arrivons sur le village de Manzanares de Real par une descente et une vue sur un lac. Nous entrons dans Manzanares par un pont médiéval, cherchons l'hôtel, seul endroit pour se loger, fermé, et à vendre. Là c'est la surprise, nous cherchons une autre adresse, une jeune femme nous indique une auberge rural mais à 2 km du centre, nous n'avons pas le choix  nous prenons la direction. Arrivés  à la Casa rural  Le Mirador La Maliciosa. l'hôtelier nous reçoit en décontracté parlant un français  très correct. Il y une chambre de libre, c'est en demie pension, comme nous n'avons pas le choix nous prenons.

  Etape de 28 km


Manzanares-Cercedilla-Segovia

La randonnée sur plusieurs jours voire plusieurs semaines coûte une jolie somme. Les refuges sont un bon moyen car peu chers et pratiquement tous ont une cuisine pour que nous puissions nous faire la popote. La casa rurale d'hier soir n'était pas tout à fait dans cet objectif, la note a été sévère,  128€ une nuit, 2 repas et  2 boissons. Esperons des albergues pour les futurs etapes. 

Aujourd'hui dimanche 30 août, l'étape sera courte mais  grimpante, 910m/1190m.  Nous partons  il est  7 h, le petit dèj s'est fait sur  la petite   terrasse de la chambre. Le jour n'est pas encore levé, il faut remonter  vers le village pour retrouver la direction  de l'itinéraire.  Nous marchons pendant 3 km, traversons les faubourgs de Manzanares, puis prenons une route circulante qui nous dirige sur une large piste sableuse et caillouteuse. Nous longeons  une forêt de pins, le sentier est sinueux, il monte régulièrement jusqu'au premier village Mastaelpino. Petite  commune avec des commerces pour faire nos courses et nous restaurer dans un bar. Nous repartons en contournant  le village, un peu de route puis  un sentier qui monte pour arriver à une ville Navacerrada, Joli lieu et maisons cossues, station de ski en hiver. Nous traversons ce lieu avant de retrouver une montée raide où nous apercevons un lac au loin. L'itinéraire nous fait prendre un chemin montant avant de reprendre une route assez longue  avant de retrouver un chemin qui descend raide sur la ville de Cercedilla. Le guide donne 2 adresses d'albergues  à la sortie de la ville. Nous continuons pour trouver ces refuges,  de 2km de marche nous arrivons sur les lieux pour nous apercevoir qu'ils sont fermés. Nous redescendons en ville et prenons le 1er hôtel que nous trouvons. Le El Aribel, bon accueil et bien entretenu. Etape de 20 km  

Lundi 31 août 6 h 30 , départ pour une longue journée. Le dénivelé pour cette étape est assez important. De 1190m nous allons grimper jusqu'à 1795 m pour redescendre à 1005m.

Nous quittons Cercedilla par une avenue bordée d'arbres.  Après 3 bons kms, nous arrivons sur une petite route cimentée qui nous mène vers la voie romaine XIV. Nous sommes en forêt, le paysage est magnifique la voie romaine monte durement, sous les pieds, des dalles épaisses, le lieu est humide, il faut faire attention car dans cette partie de l'étape  beaucoup de chemins s'entrecroisent. Il faut être vigilant et bien repérer les flèches,  couleur jaune pour tous les chemins de l'Espagne qui mènent à Santiago. Nous arrivons sur une placette que nous devons traverser pour continuer la voie romaine, une flèche jaune nous indique de continuer à grimper, ce que nous faisons, mais soudain plus de marques, nous continuons le sentier très raide pendant une bonne heure, et au bout de celui-ci nous arrivons à un croisement et un large sentier. Une fontaine s'y trouve mais pas d'itinéraire,  nous avons du faire une erreur.

Le chemin de Madrid
Le chemin de Madrid

Après s'être concertés, pris un encas, nous décidons de prendre un sentier qui s'offre à nous, un randonneur arrive, nous lui demandons si nous sommes sur le bon chemin, non, nous ne sommes pas sur le bon sentier, ce monsieur nous indique la voie à prendre et au bout d'une demie heure nous retrouvons les bornes qui indiquent la voie à prendre qui est Puerto de la Fuenfria.

Nous découvrons une belle région, nous ne montons plus, le chemin bordé de pierres est agréable  bien balisé. Nous arrivons sur une clairière où se trouve une vieille bâtisse  que nous laissons sur notre gauche, le chemin descend raide pour arriver à une fontaine et un grand abreuvoir pour animaux, nous sommes à la Fuenta de la Reina.  Des vaches noires sont en liberté  et broutent tout en regardant ces drôles de pèlerins venus les perturber. Nous faisons la pause  lorsque Martin le Hollandais ainsi que le couple d'Espagnols rencontrés à Tres Cantos, arrivent à leur tour. Nous sommes heureux de nous voir car sur le camino de Madrid très peu de pèlerins fréquentent cet itinéraire.

La descente se fait sur une petite route pour ensuite arriver sur une grande plaine appelée Venta de la Fuenfria, nous quittons la route pour prendre un chemin empierré  puis entrons dans une forêt, nous retrouvons Martin qui se repose. Pas de bruit dans cette nature boisée, le temps est lourd,  nous continuons et arrivons sur une plaine immense et jaune. L'herbe est cuite par le soleil, pourtant des animaux broutent tranquillement cette prairie austère et lunaire.

La vue est splendide, le ciel se fait sombre et soudain un violent orage arrive avec son lot de grêlons qui dure une bonne demie heure.  Au loin nous apercevons le couple et Martin, nous décidons d'allonger le pas pour les rattraper et finir l'étape avec eux. Nous retrouvons le trio à la hauteur d'un pont qui enjambe une voie ferrée. Nous continuons tous les cinq, Segovia est encore à 6 km, Anthonio et Pilas habitent cette ville, ils ne continuent pas le chemin  mais nous proposent  de nous amener à un  hostal près de l'Aqueduc en centre ville, ok pour tous.  

Nous longeons une piste sableuse puis arrivons dans les faubourgs de Ségovia. Nous arrivons en face d'un rond point au milieu duquel se trouve une statue d'un berger et ses moutons, nous continuons tout droit et passons l'ancienne porte de la ville puis au centre l'hôtel El Gato qui se trouve à 200 m de l'Aqueduc.

Etape de 35 km