Un chemin agréable, des villages typiques.

Benjamin ne suivra pas notre itinéraire, il décide de repartir sur le  Del Norte et va donc reprendre un circuit qui le mènera à Irun.

Mercredi 10 août, la journée comme toutes celles que nous venons de faire s'annonce radieuse.

Aujourd'hui direction Pampelune, sens inverse du fléchage pour nous, donc plus d'attention pour éviter de se tromper, nous prenons le Camino frances venant de Roncevaux.

 24 kms pour rejoindre la capitale de la Navarre, mais aussi le chemin que je connais pour l'avoir fait avec mon amie Françoise, en 2009.

Comme nous partons tôt chaque matin, nous sommes seuls sur le chemin mais vers 9h, soudain, les premiers pèlerins venant de St Jean Pied de Port. Nous les croisons et les Ola arrivent à chaque rencontre, ça nous change des 9 jours à marcher seuls, beaucoup pensent que nous revenons de St Jacques, alors nous expliquons notre parcours.

Thierry ne connaît pas le chemin car en 2008, partant de chez nous en cycle, nous avons roulé pratiquement que sur les routes, belle découverte pour lui. Nous ne tardons pas à arriver à Sierra Del Pardon après avoir monté un sentier pentu et caillouteux.  A Sierra Del Pardon, pause et photos oblige pour ces pèlerins figés pour l'éternité, mais aussi beaucoup de bus de touristes chaussures aérées,  jupes envolées et caleçons fleuris jusqu'au genoux. Sur cette magnifique vue se trouve aussi des dizaines d'oiseaux aux ailes d'acier venus perturber le paysage. 

Nous redescendons toujours avec de la pierraille pour rejoindre Zariquiegui. Les Gersois  nous retrouvent  puis faisons un arrêt au bar de ce village pour nous raconter nos soirées respectives.

Cizur Menor petite cité avant Pampelune,  5 km les séparent mais déjà la Capitale s'annonce car  le chemin va droit devant elle.

Pampelume, il faut la traverser pour arriver à l'albergue. Long chemin car il faut regarder le sol et se fier aux coquilles qui se trouvent sur la chaussée, ainsi nous arrivons au refuge à la sortie de la ville pour nous, à l'entrée pour les pèlerins venant de France. 

Hier, nous avons consacré l'après midi à visiter Pampelune, belle ville, la première lorsque l'on arrive du chemin de France, peut-être la plus belle à nos yeux  puisque le décor change complètement du sol Français. Ville animée et rues attrayantes par les couleurs des habitations et par le sourire des habitants avec leur nonchalance, la bière qui coule  à chaque petit bar-restaurant, les tapas qui sont un vrai délice. Jeudi 11, nous reprenons la voie vers 7h comme tous les matins. Nos amis ne sont pas venus à l'albergue, mais ils nous rattraperont un peu plus loin. La sortie se fait facilement en longeant la muraille puis le pont médiéval  de Magdalenas sur l'Arga,   continuons de traverser les faubourgs et arrivons à Villava. Sur ce parcours de 5 km, nous remarquons que certaines maisons sont décorées de mosaïque, ce qui leur donne une mine ensoleillée.

Nous parcourons 15 km avant d'arriver à Larrasoana, village typiquement basque Espagnol, moins de 150 habitants, mais un albergue, restaurants et bar, et   sous un porche café à la tirette (ouf, 1 euro et le café est chaud) car tout est fermé lorsque nous arrivons. Nous traversons un joli pont pour nous diriger vers Harraz tout en montant et descendant. Toujours plus de pèlerins en sens inverse, toujours aussi curieux en nous  croisant. Nous continuons  le chemin, trouvons des marches à descendre, serpentons, traversons un sous bois et arrivons à Zubiri, où nous restons pour la nuit.