3 ème jour, Langogne 19 kms.

Les motivations qui poussèrent le jeune Stevenson "il n'avait pas encore 28 ans " à effectuer seul ce périple à travers les Cévennes sont multiples, mais le déclencheur principal fut une grande peine de coeur causée par Fanny Osbourne une belle américaine  de dix ans son aînée, artiste peintre, mariée et 2 enfants.  En définitive ils se marieront le 19 mai 1880.

Nos motivations ne sont pas les mêmes que ce jeune écrivain. Nous aimons la randonnée et la nature, la vie simple des refuges et les rencontres qui sont toujours très agréable.

Le Gr 70 n'est pas aussi fréquenté que le chemin de Compostelle. Pour l'instant nous sommes seuls et nous rencontrons les autres randonneurs le soir dans les gîtes. Le Gr 70 emprunte d'autres chemins ce qui fait que le soir, les refuges sont complets. Il est important de réserver à l'avance. Pour nous, nous avons réservé 15 jours avant notre départ, un peu juste en temps, car nous avons eu du mal dans certains endroits à trouver un logis.

Ce matin du mercredi 11 août, nous partons à 6h30, toujours avec un magnifique temps. Nous  prenons la direction de Pradelles. Comme la veille, nous traversons des petits villages, Jagonas, Arquejol, pas de ravitaillement dans ces bourgades mais des habitants qui nous encouragent. Monde rural que nous apercevons à travers champs. Nous arrivons tôt à Pradelles cité dominant la vallée du Haut Allier, sur la voie Régordane reliant l’Auvergne au Languedoc, cette ancienne place forte était une étape importante pour les marchands important les denrées du Midi ainsi que pour les pèlerins en route vers Saint-Gilles et venant du Puy-en-Velay. Témoins de cette époque prospère, les demeures nobles aux murs de pierre et arcades, dont les hautes façades s’érigent contre les bourrasques cévenoles, méritent que l'on s'y attarde queques heures. Pradelles est classé dans les plus beaux villages de France, ses rues ses monuments son  église et ses chapelles.

Nous restons 3 heures dans ce joli village, puis repprenons le sentier qui nous mène à Langogne, chemin tout droit et monotone. Nous arrivons aux abords de la petite ville puis   traversons  l'Allier et pénétrons dans Langogne. Nous entrons en Gévaudan, Pays de la bête férosse. Aujourd'hui c'est l'hôtel qui est réservé, il se trouve à l'entrée de la ville  et sur notre itinéraire. L'hôtel/restaurant "le Gaillard  est imposant par sa structure, la chambre petite mais confortable 1/2 pension pour ce soir.

La ville se trouve aux portes du Gévaudan, de la Margeride, du Val d'Allier, de la Lozère et de la région Languedoc-Roussillon. Eglise Romane de Langogne - Musée d'Art Sacré Chastanier - Filature des Calquières - Musée d'Art Sacré - Ecomusée de Chastanier, sont des monuments à visiter après un journée de marche. Ville  est située sur le GR70, mais aussi le GR 700, le GR 4. Gévaudan ... un pays légendaire où les petites vallées accueillent des forêts sauvages de pâturage et de marais, où le silence laisse entendre des nombreux ruisseaux.